Livraison offerte à partir de 30€ d'achat
Livraison offerte à partir de 30€ d'achat

Faire du sport pendant ses règles ? Qui n’a jamais prétexté être “indisposée” pour ne pas en faire ?

Contrairement aux idées reçues, faire du sport pendant les règles n’est pas dangereux.

En effet, sport et règles peuvent très bien fonctionner ensemble et même être complémentaires. 

Pendant vos périodes de règles, vous pouvez notamment favoriser certains sports pour soulager vos éventuels symptômes prémenstruels.

En effet, le syndrome prémenstruel regroupant tous les symptômes qui apparaissent avant les règles de certaines femmes, en dérange beaucoup.

Les intérêts de faire du sport pendant les règles

Atténuer vos douleurs prémenstruelles.

A moins d’être touché par un syndrome prémenstruel très dérangeant, pratiquer certains sport peut vous aider à soulager vos douleurs prémenstruelles.

Pratiquer le sport peut même raccourcir la durée de vos règles.

En effet, faire du sport pendant vos règles aident même le sang à s’écouler.

En cas de douleurs abdominales, de nervosité ou autre, le sport peut vous aider à dépasser ces petits désagréments

Et oui, suite à 30 minutes de sport, votre cerveau libère des endorphines (hormones du bonheur) qui vont agir comme un antidouleur

D’ailleurs, votre seuil de résistance à la douleur va augmenter.

De manière générale, comme vous le savez sûrement, faire du sport régulièrement, avoir une bonne alimentation et bien dormir est bon pour votre santé physique et mentale. 
Toutefois, pour faire du sport pendant vos règles, évitez les activités trop “violentes” pour votre corps.

Faire du sport de bien être comme le yoga

Pour choisir le sport à pratiquer au quotidien et durant vos règles, tout dépend de vos préférences et de si vos règles sont abondantes ou non.

En effet, un flux menstruel important entraîne vite une sensation d’inconfort.

Voici quelques activités sportifs à privilégier :

Le yoga : Diminue le stress et les douleurs menstruelles. Détend les muscles, calme l’anxiété, l’irritabilité, très fréquentes en période de syndrome prémenstruel.

C’est le sport idéal pour vous détendre pendant votre période de règles. 

En effet, le yoga permet de profiter d’un moment de relaxation physique et mentale.Par ailleurs en cas de syndrome prémenstruel certaines positions de yoga peuvent même vous soulager.

Le cardio : améliore la circulation du sang, réduit notamment les ballonnements.

La natation : Permet notamment de soulager crampes et douleurs du dos.

Durant vos règles, ne vous mettez pas la pression.

En effet, vos performances physiques ne seront pas à leur maximum et c’est tout à fait normal, vous serez sûrement aussi plus rapidement fatigué.

Pensez à ménager votre corps et adaptez votre activité physique pour éviter les conséquences négatives comme par exemple des douleurs telles que des courbatures en plus de vos éventuelles douleurs menstruelles.

Par ailleurs, une pratique trop intense peut engendrer la disparition des règles (aménorrhée).

Ma délicate culotte alliée quotidien même durant le sport

Les culottes menstruelles seront beaucoup plus confortables pour faire du sport pendant vos règles que les protections hygiéniques internes

Par ailleurs, les culottes menstruelles Ma délicate culotte sont certifiées Oeko Tex 100 et permettent d’éviter démangeaisons et irritations.

Nos culottes menstruelles et leur composition en fibre de bambou vous permettent une absorption 5 fois plus efficace que le coton.

En effet, ma délicate culotte vous permet de rester au sec durant 12h et empêche la sensation de frottement ou même d’humidité.  

De plus, Ma délicate culotte vous propose une gamme de culottes menstruelles adaptée à tous types de flux donc aucun risque de fuite.

D’ailleurs la culotte menstruelle Maïa (pour flux très abondant) sera probablement votre meilleure alliée si vous êtes adepte du sport.

Et en plus, vous pouvez laver votre culotte menstruelle et ainsi éviter de dépenser de l’argent chaque mois dans des protections hygiéniques jetables très polluantes et inconfortables.

Changeons les règles ensemble avec des culottes menstruelles lavables ayant une durée de vie moyenne de 6 ans.

 « Changeons les règles ensemble »

Prenez soin de vous avec ma délicate culotte.

 

L’adénomyose est tout simplement le nom donné à l’endométriose intra-utérine qui affecte le muscle de l’utérus.

En réalité l’adénomyose est une anomalie de la zone de jonction entre l’endomètre (tissu de la paroi interne de l’utérus) et le myomètre (muscle de la paroi de l’utérus) qui va laisser les cellules de l’endomètre infiltrer le myomètre

La zone de jonction peut être superficielle (épaississement jusqu’à 12 mm) ou profonde (en général douloureuse).

L’adénomyose est une pathologie bénigne mais très souvent douloureuse même si elle est asymptomatique dans un tiers des cas.

Cette pathologie touche au moins 1 femme menstruée sur 10. Cette maladie peut être diagnostiquée et soignée par plusieurs moyens.

L’adénomyose, plus présent chez les femmes ayant eu plusieurs enfants

L’adénomyose est présente chez plus d’une femme menstruée sur 10 et peu affecter le cycle menstruel.

Le cycle menstruel se compose de la phase de règles, la phase ovulatoire et la phase post-ovulatoire. 

Et donc, l’adénomyose peut entraîner des règles plus abondantes.

En effet, on rencontre plus d’adénomyose chez les femmes ayant eu plusieurs enfants ou ayant un endomètre très développé.

Cependant beaucoup de femmes infertiles révèlent une adénomyose.

Malheureusement, l’explication est simple, cette anomalie interne à l’utérus entraîne une inflammation qui peut empêcher que l’embryon prenne sa place dans l’utérus.

Ceci explique d’ailleurs aussi le fait que chez une femme enceine atteinte d’adénomyose le risque de fausse couche est multiplié.

Mais pas d’inquiétude si vous êtes enceinte, lors du bilan de procréation médicale assisté une IRM sera réalisée pour vérifier la présence ou non de l’adénomyose dans votre utérus.

Une pathologie très répandue, la plupart du temps bénigne. 

Même si dans de nombreux cas l’adénomyose utérine est asymptomatique, dans la plupart des cas le cycle menstruel peut être perturbé et la pathologie peut engendrer douleurs et saignements.

Les symptômes reconnus sont les suivants : 

Si vous souffrez de ces symptômes, consultez votre médecin ou votre gynécologue.

Plusieurs moyens de diagnostics et de traitements.

L’ablation de l’utérus, traitement radical.

Le diagnostic de l’adénomyose se fait par plusieurs moyens.

Le premier moyen est l’échographie endovaginale (interne au vagin) qui permet de voir si la taille de l’utérus a augmenté ou si la couche de muscle interne de l’utérus a épaissi ou est enflammée.

Le deuxième moyen est l’IRM s’ il y a des doutes sur une éventuelle endométriose.

Vous pouvez également faire une imagerie qui permet de voir si vous avez un fibrome utérin ou une adénomyose.

Même si les causes de cette pathologie restent encore assez mystérieuses, plusieurs traitements existent.

(on traite seulement les femmes symptomatiques)

Afin de traiter cette pathologie, on vise à supprimer l’activité des ovaires médicalement ou chirurgicalement.

D’autres traitements

Voici plusieurs traitements :

Si vous ne souhaitez plus être enceinte, le traitement aura pour but de soulager et diminuer les ménorragies et d’empêcher la stimulation hormonale.

En effet, ce traitement diminue l’épaississement de la zone de jonction entre l’endomètre et le myomètre et donc diminue le volume utérin.

Enfin, si vous souhaitez une solution plus radicale et que vous ne souhaitez pas avoir d’enfants vous pouvez avoir recours à l’hystérectomie.

L’hystérectomie consiste en l’ablation totale de l’utérus, méthode très efficace mais impossible si vous avez également une endométriose.

Le rôle de Ma délicate culotte dans l’adénomyose.

Nos culottes menstruelles Ma Délicate Culotte 100% écologique vous garantiront le confort nécessaire.

Durant les périodes difficiles, Ma Délicate Culotte est votre allié !

Nos culottes menstruelles sont adaptées à tous les flux du plus faible au plus abondants. Si vous souffrez de ménorragies que vous ayez une adénomyose ou une endométriose avec nos culottes menstruelles vous êtes protégé durant 12h jour ou nuit sans aucune crainte.De plus, notre composition certifiée Oeko Tex 100 vous assure aucune démangeaisons ou irritations dues à vos protections hygiéniques lavables.

 « Changeons les règles ensemble »

Prenez soin de vous avec ma délicate culotte.

Le syndrome des ovaires polykystiques est la maladie la plus répandue chez la femme, environ 5% à 10% des femmes touchées.

En effet, c’est une maladie hormonale pouvant entraîner des perturbations hormonales ou même métaboliques.

Le syndrome des ovaires polykystiques est causé par un dérèglement hormonal soit au niveau des ovaires, soit au niveau cérébral.

Symptômes pour diagnostiquer des ovaires polykystiques

Une femme sur dix concernées par des troubles de l’ovulation

Ces troubles provoquent une infertilité chez environ la moitié des femmes présentant un syndrome des ovaires polykystiques.

En cas d’au moins 2 symptômes sur 3 et en l’absence d’une autre maladie entraînant la sécrétion d’androgènes on diagnostique généralement un syndrome des ovaires polykystiques.

L’imagerie et la biologie peuvent confirmer le diagnostic de la maladie mais ne permettent pas à elles seules de l’identifier.

Les causes de cette maladie sont floues car elles sont sûrement multifactorielles : causes génétiques, environnementales… Plus de 20 prédispositions au syndrome ont été identifiés, mais ils expliquent moins de 10% des cas de syndrome des ovaires polykystiques.

Le syndrome des ovaires polykystiques a notamment pour symptôme un excès d’androgènes qui engendre une accumulation des follicules immatures, sans follicule dominant. 

Cependant, l’observation ne suffit pas au diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques car toutes les femmes concernées par le syndrome n’ont pas forcément de symptômes ou n’ont pas toujours celui de l’excès d’androgènes.

Pour diagnostiquer ce syndrome, un bilan biologique est aussi la plupart du temps pratiqué entre le 2e et le 5e jour du cycle menstruel.

Jusqu’à une absence de règles

En ce qui concerne les patientes aménorrhées (qui n’ont pas de règles), leurs règles vont être provoquées par un traitement à base de progestérone qui est administré durant 10 jours.

Ce bilan comporte le dosage de deux hormones produites par l’hypophyse (glande cérébrale contrôlant la production hormonale durant le cycle ovarien et l’ovulation). 

Plusieurs autres molécules sont aussi dosées : prolactine, testostérone, delta 4 androstenedione, SDHA, 17 bêta-œstradiol, 17 hydroxy progestérone, TSH, et parfois la glycémie ainsi que l’insulinémie. 

Le syndrome des ovaires polykystiques entraîne parfois de lourdes conséquences.

Première cause d’infertilité féminine.

En cas de syndrome des ovaires polykystiques, on remarque :

La cause du déséquilibre hormonal qui conduit au syndrome des ovaires polykystiques n’est pas réellement identifiée. Cependant, l’origine pourrait être ovarienne mais aussi centrale.

En effet, le cerveau contrôle la sécrétion des hormones FSH et LH qui contrôlent le cycle ovarien. Le taux de ces deux hormones varient au cours du cycle ovarien et régule la production d’hormones des ovaires et provoque également l’ovulation. 

En cas de syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), la sécrétion de ces hormones est perturbée.

En effet, le taux de LH est élevé chez la plupart des femmes. Celui-ci n’augmente pas en milieu du cycle ovarien alors que c’est ce qui permet l’ovulation.

D’ailleurs, le taux élevé d’androgènes entraîne l’élévation du taux de testostérone ce qui provoque un excès de pilosité.

Enfin, le taux d’insuline a aussi tendance à augmenter entraînant une hyperinsulinémie.

Lorsque l’hyperandrogénie se manifeste dès la puberté par une acné sévère. Une hyperpilosité et bien souvent une irrégularité des règles. Des symptômes trop souvent associés à l’adolescence. 

Si l’hyperandrogénie est moins marquée, le diagnostic se fait aux alentours de 25-30 ans. Généralement, c’est le moment où la patiente consulte pour une infertilité
A long terme, l’hypersécrétion des androgènes favorise le développement d’une adiposité qui prédispose à l’insulinorésistance.

Prenez soin de vous avec les culottes menstruelles

Les culottes menstruelles de Ma Délicate Culotte vous assure une protection saine et confortable. Restez élégante même pendant vos règles, qu’elles soient peu abondantes ou très abondantes. Une protection qui respecte votre intimité et votre flore vaginale.

Vous serez enfin à l’aise en toute circonstances malgré votre syndrome des ovaires polykytisques. Conçues en matières responsables, vous éviterez de cumuler tout risque d’infections vaginales ! Être confortable n’a pas de prix ! Essayer nos culottes c’est les adopter !

 « Changeons les règles ensemble »

Prenez soin de vous avec ma délicate culotte.

ma délicate culotte

Les règles peu abondantes se nomment l’hypoménorrhée.

En effet, les règles sont un phénomène très complexe bien que naturellement présent chez toutes les femmes de la puberté à la ménopause.
Par ailleurs, on parle beaucoup de règles abondantes lorsque le cycle menstruel dure plus de 8 jours. Cela nécessite alors un changement équivalent de plus de six protectionshygiéniques. Scientifiquement, plus de 70 ml de sang éliminé durant un cycle menstruel représente des règles menstruelles abondantes.

Mon flux à tendance à varié tantôt modéré, tantôt abondant, j’ai changé de contraception hormonale et mon flux à été considérablement diminué au cours de mon dernier cycle. Je suis passé d’un flux de 8 jours à un flux durant 2 jours, j’utilise les culottes menstruelles Ma délicate culotte depuis plusieurs années et je me sens toujours sereine même avec mon flux irrégulier je sais que je suis protéger 🙂

Julie, témoignage Ma Délicate Culotte

Les règles en temps normale

Même si chaque cycle menstruel de chaque femme est différent à chaque moment de sa vie, de sa puberté à sa ménopause. Scientifiquement, on connaît les caractéristiques globales moyennes du cycle menstruel de la femme.

Un cycle menstruel se constitue de trois phases, en commençant par la phase menstruelle puis la phase ovulatoire et enfin la phase post-ovulatoire.

La phase menstruelle, durant laquelle vous avez vos règles, dure environ 2 à 7 jours.

Pendant ces jours vous perdez entre 50 ml et 150 ml de flux menstruel (tissu de la paroie utérine “endomètre” éliminé suite à l’absence de fécondation.)

Lorsque durant votre cycle menstruel vous éliminez plus de 80 ml de sang, vous avez des règles abondantes et souffrez d’ “hyperménorrhée”. Mais lorsque vous perdez moins de 25 ml de sang même si ce phénomène est moins évoqué dans le monde, vous avez alors des règles peu abondantes et souffrez d’ ”hypoménorrhée” ( à ne pas confondre avec le spotting perte de sang en dehors des règles ) et dans ce cas là qui est peu évoqué vous ne savez pas forcément si vous devez en parler ou si c’est signe de quelque chose à vérifier.

mais quelles peuvent être les causes de l’hypoménorrhée? 

 Les causes des règles peu abondantes : l’hypoménorrhée

A l’origine : Les troubles hormonaux

Tout comme pour tous troubles des règles ainsi que pour les règles abondantes, le taux d’hormones est principalement en cause des règles peu abondantes

Attention, pour être sûr de la cause de l’hypoménorrhée, consultez votre médecin ou gynécologue.

Voici quelques causes hormonales de l’hypoménorrhée

Les culottes menstruelles idéales pour les règles peu abondantes

Consulter un gynécologue

En cas de tout autre problème gynécologique ou autre signe de trouble au niveau de vos règles, consultez un gynécologue et soignez votre corps. Il est important de pio

Si vous avez des règles plus que très peu abondantes, voire totalement imprévisibles ou irrégulières et que vos cycles menstruels durent plus de 40 jours ou disparaissent pendant plusieurs mois, on parle de spanioménorrhée

Et au niveau des protections hygiéniques ça change quoi ?

En terme de protection vous n’avez pas besoin d’une protection hygiénique particulière. Cependant, en cas de pertes blanches nous pouvons vous conseiller nos culottes menstruelles.

Elles sont composées de matières responsables et naturelles. Principalement en fibre de bambou et certifiées oeko tex 100 , afin d’éviter les démangeaisons et les irritations vaginales. Soyez sereine et protéger pendant 12h.

 « Changeons les règles ensemble »

Prenez soin de vous avec ma délicate culotte.

L’absence de règles se nomme en réalité l’aménorrhée. En effet de nombreuses femmes connaissent des dysfonctionnements génitaux ou hormonaux mais tous ne sont pas mis en lumière. 

Par exemple, le fait que certaines femmes aient des règles abondantes commence à peine à se faire connaître. 

L’aménorrhée est très peu connu et pourtant 2% et 5% de femmes sont touchées. L’absence de règle peut être causée par plusieurs facteurs cependant cela ne signifie pas toujours que votre santé est en danger. 

Surveiller la durée d’absence des règles

L’aménorrhée peut parfois révéler des problèmes de santé.

Tout d’abord l’aménorrhée est une absence de règles de plus de trois mois chez une femme en âge de tomber enceinte, avant ce délai inutile de s’inquiéter. 

Cependant, pensez à surveiller la durée de votre aménorrhée. Une absence de règles trop prolongée peut mener à des problèmes d’infertilité.

L’absence de règles n’est pas forcément signe de mauvaise santé.

Même si l’absence de règles peut aussi seulement montrer un changement hormonal, il est important d’en connaître la cause.

Pour être sûr de votre diagnostic, veillez à informer votre gynécologue qui vous confirmera la cause de cette aménorrhée.

Deux types d’aménorrhée existent, l’absence de règles après 16 ans (aménorrhée primaire, peu fréquente) et l’aménorrhée secondaire chez une personne ayant déjà eu ses premières règles.

Si vous n’êtes pas sûr qu’il s’agisse d’une aménorrhée, la plupart du temps en plus de l’absence de règles, vous pouvez également avoir des maux de tête ou des bouffées de chaleur.

Dans le cas d’aménorrhée, les règles peuvent parfois revenir naturellement.

Cependant, des traitements existent et des opérations peuvent également être planifiées dans le cas où la cause le nécessite.

En effet, pour traiter une aménorrhée, il faut traiter la cause de celle-ci et donc commencer par trouver la raison de l’aménorrhée.

Une cause hormonale mais pas seulement

Une maladie génitale plus grave peut également être la cause d’aménorrhée comme par exemple une tuberculose génitale ou un cancer.

De plus, des facteurs favorisent l’absence des règles dont les facteurs suivants :

Pour éviter de favoriser l’apparition d’aménorrhée nous vous conseillons d’adopter une alimentation équilibrée, d’essayer de garder un poids de forme ainsi que de faire du sport de manière modérée et d’éviter les situations anxiogènes.

Nos culottes menstruelles utiles même en cas d’absence des règles

Nos culottes menstruelles peuvent vous être utiles également en cas d’absence de règles.

En effet, en cas de pertes blanches ou de spotting nos culottes menstruelles peuvent également être utilisées.

Les protections hygiéniques de Ma délicate culotte sont cinq fois plus absorbantes que les protections hygiéniques en coton et vous permettent donc d’être à l’abri de tout flux qu’ils soient plus ou moins importants et qu’il s’agisse de menstruation ou non. 

Vous pouvez donc utiliser nos culottes menstruelles dans le cas d’un dérèglement de vos règles qu’il s’agisse de règles abondantes, de règles peu abondantes ou d’absence de règles de plus de 3 mois.  

 « Changeons les règles ensemble »

Prenez soin de vous avec ma délicate culotte.

Le syndrome du choc toxique, qu’est-ce ? Maladie liée à la prolifération de bactéries dans le sang, plutôt rare mais très grave.

On lit rarement les notices des médicaments tout comme celles des protections hygiéniques, par exemple vous doutez vous que d’après le Centre National de Référence des staphylocoques il y aurait environ 20 cas du syndrome du choc toxique recensés chaque année en France ? 

Tout comme d’autres maladies touchant les femmes, le syndrome du choc toxique peut aussi bien toucher les hommes ou les enfants même si les femmes y sont plus exposées.

Laurie 44 ans nous a envoyer par mail son témoignage “ je connais une personne qui à été victime du syndrome du choc toxique, elle ne changeais pas assez souvent ses tampons et à du aller à l’hôpital de toute urgence, cette maladie n’est pas assez connue des gens malheureusement mais depuis que j’ai vu ce qui était arrivée à mon amie j’ai totalement arrêter d’utiliser des protections internes je suis passé aux culottes menstruelles et je me sens beaucoup plus sereine.”

Quel est ce syndrome et d’où provient-il ?

Un syndrome lié aux staphylocoques dorés

Maladie infectieuse liée à des toxines (TSST-1) de staphylocoques dorés (bactérie) qui déclenchent une inflammation. D’ailleurs, la raison pour laquelle ce syndrome touche peu de personnes chaque année est que pour développer le syndrome du choc toxique. Il faut être porteur d’une souche particulière du staphylocoque doré.

Si les femmes sont plus touchées, il y a une bonne raison. Elles sont plus exposées au syndrome du choc toxique car si les bactéries prolifères au niveau du vagin. Elles peuvent (rarement) produire des toxines dans le sang. Notamment si le sang stagne trop longtemps sur les parois du vagin pendant les règles par exemple.

Les symptômes du choc toxique

Les symptômes du choc toxique sont facilement remarquable, voici quelques uns de ces symptômes :

Soit une sorte d’état grippal suivi d’une éruption cutanée et c’est le choc toxique. 

Des conséquences sur le corps non négligeable

Lors d’un syndrome du choc toxique les défenses immunitaires de votre corps sont mis en oeuvre pour protéger. Les organes vitaux de l’infection, ce qui peut choquer votre corps et délaisser les extrémités du corps, soit les bras, les jambes et autres membres…Il faut donc que dès que des symptômes sont repérés ils soient traités dans le but d’éviter le pire (amputation…) 

Preuve malheureusement qu’il ne faut pas négliger les symptômes de ce syndrome. Dernièrement début 2020, une jeune femme belge de 17 ans est décédé suite au syndrome du choc toxique

Le choc toxique a-t-il un lien avec les protections hygiéniques ?

Aucune étude pour le moment n’a permis réellement de démontrer que les protections hygiéniques internes sont en causes. Cependant, il est évident qu’un tampon basique ou qu’une cup menstruelle qui reste trop longtemps dans un vagin peut avoir des conséquences. En effet dans ces situations le sang macère à l’intérieur de votre vagin.

Les habitudes de vie à adopter pour éviter le choc toxique

Même si aucune solution miracle n’existe. Des solutions simples peuvent être mises en œuvre pour éviter au maximum le choc toxique.

Voici quelques solutions qui pourront sûrement vous aider à préserver votre corps : 

Quelles protections hygiéniques choisir ?

Pour éviter le choc toxique vous pouvez aussi choisir une protection hygiénique inoffensive pour votre corps.

D’ailleurs, le rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation avertit qu’après analyse des composants, la responsabilité du tampon pour le syndrome du choc toxique est mise en cause si un tampon est porté trop longtemps ( plus de 6h).

Niveau sanitaire elles sont composées de silicone médical, donc assez sain mais veillez à la changer et nettoyer régulièrement, tout comme à la stérilisée avant et après vos règles. 

Les culottes menstruelles, une bonne solution

Pour éviter le risque du syndrome du choc toxique, Ma délicate culotte vous propose une gamme de culotte menstruells.

Anti fuite, anti-humidité et anti-odeur. Les culottes menstruelles sont constituées d’une couche 100% absorbante qui évite que le sang prolifère des bactéries près de votre vagin. De plus, nos culottes menstruelles peuvent être portées durant 12h soit également toute une nuit complète sans aucun risque de macération du sang. La culotte menstruelle est la protection hygiénique la plus confortable. Mais aussi, la plus économique puisqu’elle peut durer jusqu’à 6 ans en moyenne.

N’hésitez pas à nous faire part de vos témoignages ou de vos questions à [email protected] et à venir voir nos culottes menstruelles qui sont même adaptées aux flux les plus abondants (plus de 80 ml par cycle menstruel). Protégez votre santé et si vous ressentez les symptômes cités, allez consulter 😉  

 « Changeons les règles ensemble »

Prenez soin de vous avec ma délicate culotte.

La périménopause est la phase avant la ménopause. Certes, on parle plus souvent de la ménopause.

En effet, le sujet de la ménopause dans la vie de la femme est très souvent évoquer contrairement au sujet de la préménopause (aussi appelée périménopause). 

Et pourtant, c’est bien la préménopause qui devrait être plus médiatisée car il s’agit de la préparation du corps de la femme avant la ménopause.

Nous répondons à vos questions sur les symptômes, le diagnostic de la préménopause et la fertilité.

Une transition hormonale obligatoire

La préménopause survient en général entre deux et cinq ans avant la ménopause, qui arrive environ autour de 50 ans…Cependant certaines femmes connaissent la périménopause plus tard, tandis que d’autres femmes peuvent être en périménopause à 30 ans (périménopause précoce). 

Cette transition hormonale consiste à préparer le corps de toute femme menstruée pour la ménopause, elle a pour objectif l’arrêt du fonctionnement des ovaires et donc des règles.

Cependant, ce dérèglement hormonal provoque des symptômes chez la quasi-totalité des femmes dont nombreux sont connus.

Les symptômes varient cependant d’une femme à l’autre et certaines n’ont même aucun symptômes.

Le tout premier symptôme est le bousculement des cycles menstruels

Et oui, sans raison apparente vos cycles menstruels vont connaître un flux menstruel (quantité de sang éliminé pendant les règles) plus ou moins abondant et une durée de menstruations plus ou moins longue par rapport à d’habitude.. 

Il existe une liste de symptômes tout autant connus :


Cette période de périménopause étant un passage obligatoire dans la vie de toutes femme menstruées, il est seulement possible de traiter ou apaiser les symptômes s’ils sont trop contrariants.N’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre gynécologue, ce qui vous permettra également de confirmer qu’il s’agit bien de l’arrivée de votre ménopause.

Des questions que de nombreuses femmes se posent .

Une périménopause peut également passer inaperçu chez certaines femmes. 

Premièrement est-il possible de tomber enceinte pendant la périménopause ? Et bien oui, juste avant l’arrêt du fonctionnement des ovaires, au début du processus de transition vous pouvez tomber enceinte sans vous rendre compte que vous êtes en périménopause.

D’ailleurs, certaines femmes sous pilule n’ayant pas de symptômes ne voient ni leur périménopause passée ni leur ménopause.

En effet, puisque la pilule déclenche des règles artificielles, elle peut parfois continuer à le faire si le moyen de contraception continue à être utilisé.

Est-il possible d’éviter la préménopause ou de retarder sa ménopause ?

Et bien non, aucun moyen de retarder cette transition hormonale étant donné qu’il s’agit d’un phénomène naturel dû à l’âge.

Cependant vous pouvez voir votre médecin ou gynécologue pour agir sur les symptômes, soulager les maux de tête mais également les bouffées de chaleur.

De même si vous connaissez une sécheresse vaginale durant cette période qui dure un moment, nous vous conseillons d’aller voir notre article entièrement consacré à la sécheresse vaginale et à la manière de la soulager.

Vous pouvez également parler de problème de prise de poids avec une nutritionniste si vous en souffrez. 

Quel est l’intérêt de la culotte menstruelle durant la périménopause ?

Ma délicate culotte vous aide également à surmonter cette transition hormonale.

Nos culottes menstruelles cinq fois plus absorbantes que les culottes en coton permettent de subvenir au besoin d’un dérèglement menstruel comme par exemple avec la culotte Maïa compatible avec les flux menstruels très abondants.

De plus, notre composition certifiée Oeko Tex vous permet d’éviter des désagréments en plus comme les irritations ou les démangeaisons

 « Changeons les règles ensemble »

Prenez soin de vous avec ma délicate culotte.

La contraception est une question qui se pose éternellement chez toutes les femmes de la puberté jusqu’à la ménopause.

Tout comme les protections hygiéniques, les contraceptions sont variées et très nombreuses.

En effet, vous pouvez utiliser des contraceptions hormonales ou non hormonales.

En France, le moyen de contraception le plus utilisé est la pilule.

Tandis que la contraception la plus utilisée dans le monde est le stérilet.

D’ailleurs, le stérilet est la première contraception en Chine dont la population représente environ 1.5 Milliard d’habitants.

Et enfin, le préservatif masculin arrive en 4ème position mondiale.Mais quelle contraception est meilleure pour votre santé et comment choisir la vôtre ?

Quelle contraception hormonale choisir ?

 La pilule, le stérilet hormonal, le patch …

Tout d’abord pour comprendre le fonctionnement de la contraception hormonale il faut connaître son cycle menstruel.

En effet, le cycle menstruel se compose de 3 phases, la phase des règles, celle de l’ovulation et la phase post-ovulatoire.

L’utilisation d’une contraception a pour but d’éviter une grossesse et donc dans le cas de la contraception hormonale d’empêcher l’ovulation

Pour avoir les idées claires des sites propose de réaliser des tests pour trouver la pilule qui vous convient le mieux. https://questionnaire.choisirsacontraception.fr/

Plusieurs contraceptions hormonales existent :

Chez certaines femmes sous l’effet du stérilet, les règles disparaissent.

Il diffuse des oestrogènes et progestatifs.

Bien choisir sa contraception

Pour choisir votre contraception hormonal, regardez son efficacité théorique et pratique et les hormones qu’elle diffuse.

De plus, choisir la bonne contraception pour votre quotidien passe par plusieurs étapes :

Demandez avant tout choix de contraceptif, l’avis à un professionnel de santé.

Une alternative simple, la contraception sans hormone.

Le stérilet au cuivre, le préservatif, la symptothermie…

La contraception hormonale fait régulièrement débat.

En effet, des effets secondaires sont souvent diagnostiqués comme les maux de tête, de l’acnée, une augmentation annuelle de la tension ou autre.

Beaucoup de femmes se plaignent de prise de poids à cause des hormones.

Certaines femmes optent donc pour la contraception non hormonale.

Ici aussi, différents contraceptifs existent :

En effet, le cuivre bloque la fécondation.

Enfin si vous souhaitez une solution plus radicale vous pouvez également vous faire ligaturer les trompes mais cette solution sera irréversible.

En effet, après une ligature des trompes vous ne pourrez définitivement plus avoir d’enfants.

Une protection saine : la culotte menstruelle

Peu importe la contraception utilisée, maintenant que vous êtes éclairé sur les différents choix de contraceptifs il ne vous reste plus qu’à choisir la bonne protection hygiénique en cas de règles.

Ma délicate culotte vous propose des culottes menstruelles 100% naturelles. Nos culottes sont certifiées Oeko Tex 100, en fibre de bambou 5 fois plus absorbantes que le coton.

Nos modèles de culottes Maïa et Héra sont adaptées pour des flux très abondant et nous avons le modèle Némésis pour des flux abondant. Peu importante votre flux, les culottes menstruelles de Ma Délicate Culotte vous protégeront pendant 12 heures, soit toute une journée ou toute une nuit.

La culotte menstruelle votre meilleure alliée pour être à l’aise et affronter vos règles !

” Changeons les règles, ensemble !”

Prenez soin de vous avec Ma Délicate Culotte.

Le flux instinctif libre est une pratique encore peu connue mais qui commence à émerger, elle consiste simplement à contracter le périné afin de retenir le flux menstruel pour pouvoir directement le relâcher aux toilettes.

De tout temps la solution certes la plus écologique puisqu’elle ne nécessite aucune protection hygiénique mais cependant, elle demande une certaine maîtrise du périnée et une grande connaissance de son cycle menstruel.

Lina, 31 ans, nous témoigne “J’utilisais les culottes menstruelles Ma délicate culotte pour m’entraîner au flux instinctif libre et maintenant je maîtrise totalement cette technique 🙂 “

Comment fonctionne le flux instinctif libre ?

Des règles sans protection hygiénique

Le principe du flux instinctif libre est d’avoir ses règles de manière tout à fait naturelle sans avoir à utiliser de protections hygiéniques tout en contrôlant l’écoulement de son flux menstruel à l’aide de la contraction du périné. Les règles sont évacuées lors du relâchement du périné.

Cette méthode, une fois bien maîtrisée est très efficace et peut être à la portée de toutes les femmes même les femmes ayant des règles abondantes.

Le périnée est l’ensemble de muscles et de tissus qui s’étend du pubis au coccyx. C’est d’ailleurs le périnée qui permet d’éviter l’incontinence mais également la descente d’organes.

Le périnée que ce soit chez la femme ou l’homme est une des rares parties du corps que l’on peut entièrement maîtriser.

Connaître son cycle menstruel et entraîner son périné 

Pour maîtriser au mieux cette pratique il faut être très concentré et éviter les distractions, apprendre à connaître son cycle menstruel et être à l’écoute de son corps et de ses réactions.

Pour pouvoir commencer la pratique du flux instinctif libre : il faut entraîner son périnée à se contracter pour contenir le sang à l’intérieur du vagin et à se relâcher une fois aux toilettes. Si cette méthode de protection hygiénique s’apprend sur la durée, c’est justement parce qu’il y a un travail préalable important de reconnexion à son corps et son cycle menstruel.

Le cycle menstruel qui se constitue des règles (élimination du tissu de la paroi de l’utérus s’il n’y a pas de fécondation après l’ovulation), puis de la phase d’ovulation puis de la phase post-ovulatoire.

De plus, s’il n’y a pas de toilettes à proximité, il faut tenir son périnée contracté pendant longtemps.

Cette pratique fonctionne-t-elle vraiment ?

Une méthode écologique, économique et saine.

Une méthode difficile à pratiquer sans une grande maîtrise.

Cette pratique est encore trop méconnue mais de toute évidence, il y a des inconvénients. D’ailleurs garder son sang trop longtemps dans le vagin pourrait entraîner un syndrome du choc toxique, soit le sang qui stagne dans le vagin pourrait créer une macération et un développement de bactéries.

Donc si le flux menstruel est évacué régulièrement, les risques de chocs toxiques sont réduits.

Pensez à la culotte menstruelle

Pour démarrer, on a besoin de conseils dans notre vie, en voici quelques uns pour le flux instinctif libre.

Notre meilleur conseil est de se munir de nos culottes menstruelles Ma délicate culotte. Vous serez à l’aise et sereine lors de l’apprentissage de la pratique.

L’absorbance de la culotte menstruelle vous permettra d’éviter les fuites dans vos vêtements le temps des premiers cycles d’essais. Surtout si vous n’avez pas de toilettes à votre disposition. De plus, pour la nuit nos culottes pourront vous sécuriser avec leurs 12 heures d’absorbance.

“Changeons les règles, ensemble !”

Prenez soin de vous avec Ma Délicate Culotte.

Laver sa culotte menstruelle : c’est bien plus simple que vous ne le pensez. Vous venez d’acquérir votre nouvelle culotte menstruelle Ma Délicate Culotte et vous vous demandez comment l’entretenir au mieux pour la garder le plus longtemps possible sans l’abîmer ?

Vous pouvez trouver toutes sortes d’indications et de contre-indications en faisant des recherches sur internet mais quelles indications sont bonnes et que faut-il faire réellement ? 

Ma délicate culotte vous dit tout sur la température idéale, la manière de laver votre protection hygiénique réutilisable et surtout quels produits utiliser ainsi que comment sécher votre culotte menstruelle en toute délicatesse ! 

Quelles sont les étapes pour laver votre culotte menstruelle ?

Quelques conseils pour ne pas abîmer vos culottes menstruelles.

Tout d’abord, choisissez des produits qui n’agressent pas votre culotte menstruelle

Les culottes menstruelles Ma délicate culotte sont fabriquées en matière certifiée Oeko Tex, ceci dans l’objectif de préserver votre hygiène intime.

En effet, cette certification permet d’éviter les démangeaisons et irritations.

Cependant, les substances chimiques des lessives classiques peuvent entraîner des allergies ou irritations au niveau de votre vulve

Elles risquent également d’abîmer vos culottes menstruelles en attaquant la fibre de bambou.

Préférez donc des produits doux pour la peau. 

En effet, tout comme pour votre vulve il est préférable d’utiliser des savons doux, au PH neutre pour respecter le PH de cette zone du corps et ne pas agresser votre flore vaginale.

Certaines marques fabriquent même leur propre savon bio pour la toilette intime et le lavage des culottes menstruelles.

Par exemple vous pouvez très bien laver vos parties intimes et vos culottes menstruelles avec du Sanex 0% vendu dans tous les supermarchés. 

Si vous lavez vos protections hygiéniques à la main, vous pouvez utiliser du savon de Marseille.

Il faut que le savon de marseille contienne peu de glycérine. 

(un véritable savon de Marseille qui contient plus de 70% d’huile végétale).ukuser

De plus, les culottes menstruelles lavables sont fragiles. Mettez-les dans un filet pour les préserver.

En ce qui concerne la lessive, choisissez la plus neutre possible et en fonction de vos besoins. Si vous avez tendance à avoir des irritations ou allergies, attention aux allergisants dans certaines lessives comme le parfum par exemple. 

Il est conseillé de laver vos culottes à 30°C maximum pour ne pas les abîmer.

Donc, préférez les lessives liquides qui se dissolvent facilement dans l’eau : 

Une bonne façon de laver votre culotte menstruelle favorise sa longévité. 

Les culottes menstruelles sont simples à laver. 

Donc, les femmes de toutes âges peuvent s’occuper de laver leurs culottes menstruelles en 3 étapes.

1 ère étape : rincer sa culotte, la pré-laver 

Tout d’abord, rincez votre culotte dans de l’eau froide jusqu’à obtenir une eau claire. 

Éviter l’eau chaude qui fixe le sang et les tâches. D’ailleurs, vous pouvez utiliser le programme de pré-lavage de votre machine à laver.

Une fois qu’elle est rincée, aucune raison qu’elle tâche votre linge en machine.  N’oubliez pas qu’il s’agit d’un produit neuf qui a forcément été manipulé avant que vous l’ayez. Pensez donc à laver votre culotte avant de l’utiliser pour votre santé.

Le prélavage permet également d’activer l’absorption de vos culottes menstruelles.

2ème étape : Le lavage de votre culotte menstruelle

Pour le lavage vous avez deux possibilités : à la main ou en machine.

3ème étape : Le séchage de votre culotte menstruelle.

En ce qui concerne le séchage, le sèche-linge risque d’agresser vos culottes menstruelles.

Favoriser donc si possible un séchage à l’air libre.

D’ailleurs évitez les chaleurs, le repassage et le séchage sur le radiateur sont à éviter absolument pour conserver l’étanchéité de la protection hygiénique

Ne pliez pas non plus votre culotte en deux pour l’étendre, mettez la partie absorbante à plat.

Quelles sont les erreurs à éviter ?

Une mauvaise lessive empiète sur la longévité de votre culotte menstruelle.

Pour choisir votre lessive, il y a des composants à éviter.

( Evitez les lessives contenant des huiles )

Si l’absorption de votre culotte menstruelle est moins efficace, pensez à utiliser du percarbonate de soude.

Il s’agit d’un ingrédient fabriqué avec du carbonate de calcium et du sel naturel.

Cet ingrédient est nettoyant, dégraissant et ravive le blanc.

Celui-ci est donc parfait pour dégraisser vos culottes de règles.

Lire une étiquette de composition de lessive.

On vous conseille de bien lire les étiquettes de composition de vos lessives.

Quelques points à savoir :

En résumé, pour vos culottes menstruelles Ma délicate culotte.

ma délicate culotte

Vous avez à présent tous les conseils nécessaires pour protéger votre culotte menstruelle Ma délicate culotte. En plus d’être économique et écologique, votre protection hygiénique est simple à laver. Vous connaissez désormais les habitudes à adopter pour protéger la capacité d’absorption de celle-ci et ne pas abîmer la fibre de bambou qui vous maintient 5 fois plus au sec que du coton.

En résumé évitez :

” Changeons les règles ensemble “

Prenez soin de vous avec Ma Délicate Culotte.