🌿 -20% sur votre première commande avec le code ETE - Livraison colissimo 24/48 heures offerte 🌿
🌿 -20% sur votre première commande avec le code ETE - Livraison colissimo 24/48 heures offerte 🌿

La taxe rose

La taxe rose est une différence de prix entre deux produits, plus particulièrement entre un produit féminin et masculin. C’est en quelque sorte une inégalité des sexes.

En effet, les marques ont de plus en plus tendance à genrer leurs produits avec des gammes plus féminines et d’autres plus masculines. Le plus souvent, c’est la couleur qui change : rose pour les femmes, bleu pour les hommes. Hormis cette couleur, rien ne change. Mais le prix n’est pas le même. Celui-ci s’avère plus élevé quand il est destiné aux femmes qu’aux hommes, ce qui explique ainsi le nom de taxe rose

Être une femme coûte donc plus cher. 

D’où vient la taxe rose ?

Une inégalité hommes femmes

Aujourd’hui, les inégalités hommes-femmes sont encore présentes. En effet, les hommes sont en moyenne 50% plus riches que les femmes. 

La taxe rose contribue aux inégalités hommes femmes. Les marques féminisent certains produits du quotidien afin d’y ajouter une taxe supplémentaire. Être une femme coûte donc plus cher qu’homme. 

D’après les marques, la taxe rose se justifie par la loi du marché et le fait que les produits ayant fait l’objet d’une publicité sont plus chers. De plus, elles jouent sur le fait que les femmes sont plus attirées par les produits cosmétiques. 

En revanche, d’après les spécialistes du marketing, cela serait une stratégie marketing des marques afin d’augmenter le prix des produits. 

De nombreux produits du quotidien

Les marques ne sont pas du genre subtil. En effet, un produit dit “homme” est facilement distinguable d’un produit dit “femme”. Et ce, par leur couleur : le rose associé aux filles et le bleu aux garçons. La taxe rose touche particulièrement les produits du quotidien. Les plus courants sont :

  • les rasoirs 
  • les déodorants 
  • les brosses à dents
  • les jouets pour enfants 
  • les vêtements

Cependant, à part le packaging de ces produits, ils sont bel et bien identiques. 

Par conséquent, les protections hygiéniques subissent elles aussi la taxe rose. En effet, elles font l’objet d’une TVA à 20% (le plus haut taux de TVA en France). Cela cause une forme de précarité dite menstruelle chez les femmes. 

L’engagement contre la taxe rose 

Une volonté de lutter contre le marketing genré

Cette pratique marketing a été amendée pour la première fois dans les années 1990, en Californie sous le nom de Women Tax. Le sujet a été oublié jusqu’en 2012 jusqu’à ce que  Forbes (magazine américain) mène une enquête concluant que les femmes dépensent en moyenne 1400 dollars de plus par an que les hommes aux États-Unis. Cette différence s’explique alors par la taxe rose.

Aujourd’hui, plusieurs organisations et collectifs luttent contre cette taxe. 

En 2014, le collectif féministe Georgette Sand avait alerté les consommateurs du sexisme de Monoprix. Le but étant de faire bouger les choses en alertant les individus et le gouvernement sur ces pratiques. Celui-ci avait alors publié une pétition. Il a recueilli 40 000 signatures. 

De plus, une jeune femme nommé Marion Vaquero est la fondatrice d’une association dénonçant les pratiques sexismes ainsi que le marketing genré des marques. Elle tient une page twitter: @pépitesexisme. Celle-ci permet de sensibiliser les consommateurs et lutter contre la taxe rose au quotidien. Marion publie quotidiennement des exemples d’inégalités hommes-femmes. 

Luttons contre la précarité féminine avec Ma Délicate Culotte

Mais, ensemble, bougeons les choses. Il suffit de renoncer au marketing genré. Privilégiez les produits naturels dans votre quotidien. 

Les culottes menstruelles sont une preuve de soutien pour les femmes. Ma Délicate Culotte vous accompagne avec ses culottes menstruelles lavables. Celles-ci deviennent alors plus rentables. Ainsi elles contribuent fortement à la lutte contre la précarité des femmes

 « Changeons les règles ensemble »

Prenez soin de vous avec ma délicate culotte.